Ce qui se passe vraiment en Australie, et ce que vous pouvez faire pour aider.

Ça ne vous a sûrement pas échappé, l’Australie traverse actuellement une catastrophe sans précédents. Le pays brûle, littéralement, et les réactions de leur gouvernement laissent à désirer. Mais entre les informations sur Instagram, les tweets, les articles dans les médias, et les déclarations officielles, difficile de comprendre ce qu’il en est réellement sur place.

Si on parle de moins en moins de ces incendies, le fait est qu’ ils sont loins d’être terminés, au contraire. Au vu des dégâts, il est primordial de continuer à en parler. Alors que se passe-il réellement sur place ? Comment tout a commencé, et que devons nous attendre pour la suite ?

 

________________________________________________________________________________________________

1 - Les faits 

Les feux de brousse ne sont pas rares en Australie. Chaque année, entre Janvier et Mars, le pays est touché par ces feux, de par la chaleur, et la sécheresse du continent. Par endroit, le feu est d’ailleurs nécessaire : L’eucalyptus ne libère ses graines que grâce à ce dernier. 

Mais cette année, les australiens ont été pris de court avec des feux plus ravageurs que jamais, et qui ont commencé bien plus tôt que d’habitude, dès Septembre 2019. La cause ? Le réchauffement climatique, qui provoque une hausse des températures records (41,9°C en décembre), et des conditions extrêmes qui rendent les feux complètement incontrôlables. Ces incendies démarrent souvent à cause de la foudre, qui s’abat sur des zones déjà bien trop sèches. 

Ce n’est cependant « que » en novembre, le 12 novembre 2019 exactement, que les australiens ont vraiment pu observer que les feux étaient plus violents que d’habitude, et que la nouvelle de cette catastrophe a fait le tour du monde. C’est dans le New South Wales (Nouvelle Galles du Sud), État le plus peuplé du pays, que les incendies ont été les plus violent. Plus de 6 millions d’habitants ont été menacés par 12 départs de feu simultanés. Les pompiers sur le terrain ne parviennent pas à mettre fin à ces feux, qui s’étendent de plus en plus à cause de vents particulièrement violents qui ne font que redonner de la force aux flammes, et provoquent leur propagation. Les feux se répandent à toute vitesse, beaucoup d’australiens sont contraints d’évacuer leurs foyers. 

À aujourd’hui, les feux se sont propagés sur une large surface du territoire, et rares sont les états qui restent non touchés, comme en témoigne cette carte diffusée par le magazine américain The Times :

 

carte Australie feux de brousse

 

 De plus, la fumée est partout, et rend l’air irrespirable. Les indicateurs estiment que la pollution de l’air est 11 fois supérieur à ce qui est décrit comme « hazardous », hasardeux donc, dangereux, à risque. Sur Twitter, l’historien Bodie Ashton informe que cette fumée provoque des difficultés respiratoires jusqu’en Nouvelle Zélande, à 2000 kilomètres de là. À Camberra, la capitale du pays, l’air est si pollué que respirer équivaut à fumer un paquet de cigarettes. Il ajoutait que sur la côte est de l’Australie, au niveau de la ville de Victoria, le feu était si grand que s’il fallait faire une ligne avec, on pourrait relier Sydney et l’Afghanistan. De plus, la fumée est partout, et rend l’air irrespirable. Les indicateurs estiment que la pollution de l’air est 11 fois supérieur à ce qui est décrit comme « hazardous », hasardeux donc, dangereux, à risque. 

Sur Twitter, l’historien Bodie Ashton informe que cette fumée provoque des difficultés respiratoires jusqu’en Nouvelle Zélande, à 2000 kilomètres de là. À Camberra, la capitale du pays, l’air est si pollué que respirer équivaut à fumer un paquet de cigarettes. Il ajoutait que sur la côte est de l’Australie, au niveau de la ville de Victoria, le feu était si grand que s’il fallait faire une ligne avec, on pourrait relier Sydney et l’Afghanistan. 

 

Feux Incendies Australie Brousse Foret

Face à ces flammes qui dépassent parfois les 70 mètres de haut, des pompiers et des militaires réservistes luttent sans relâche. Les pompiers sont sous-payés : parce qu’ils concentrent toute leur attention sur ce désastre, ils ne peuvent pas faire le nombre de missions réglementaires par semaine. D’autres agissent bénévolement, bien conscient qu’il n’y aura jamais assez de pompiers pour mettre fin à ce désastre. Beaucoup comptent sur la pluie pour les aider à combattre les flammes, une pluie qui vient seulement d’arriver. Les États-Unis et le Canada ont envoyé des pompiers en renfort. 

Les feux eux n’ont de cesse de détruire le pays, et ce n’est malheureusement pas prêt de s’arrêter. De fait, l’été arrive en Australie, et la saison des feux de brousse ne fait que commencer. 

 

2 - Les conséquences

Aujourd’hui, c’est l’équivalent de la surface de la Corée du Sud, ou deux fois la Belgique, qui a brûlé en Australie. Les dégâts humains, matériels et sur la biodiversité sont inimaginables, et bien souvent les chiffres ne sont que des approximations tant il est difficile d’avoir une idée précise du désastre. Au premier janvier 2020, il y avait 8 morts. Au 13 janvier, on en compte 28, dont au moins 3 pompiers. De nombreuses personnes ont disparu. Plus de 2000 foyers ont été anéantis. De grands parcs nationaux sont détruits, et une forêt subtropicale classée au patrimoine de l’unesco a vu 20% de sa superficie être dévastée par les flammes. 

Pour ce qui est de la biodiversité, les chiffres sont alarmants. Plus d’un milliard de mammifères, d’oiseaux et de reptiles auraient perdu la vie, selon les estimations. Dans le Sud du Pays, un tiers des koalas ont péri. Et les nombres ne prennent pas en compte les chauve-souris, les grenouilles, et tous les insectes de ce continent, qui est connu pour son écosystème unique. De fait, l’Australie est le foyer de 244 espèces qu’on ne trouve nulle part ailleurs, tant d’espèces lourdement menacées par les feux de brousse.

 

3 - La réaction du gouvernement

La situation est terrible, et des mesures doivent être mises en place, sous peine de voir le pays complètement brûlé. Et pourtant. Le premier ministre Australien Scott Morrison  ne semble pas s’alarmer outre mesure. Il a d’ailleurs fêté Noël à Hawaii, pendant que les habitants de son pays étaient tués par les flammes. Et quand on lui parle de réchauffement climatique, il déclare que c’est « une question politique » qu’il conviendra d’aborder plus tard. Ce mois-ci, il a rendu visite a des familles australiennes, et a des pompiers, qui leur ont fait part de leur détresse (et on refusé pour certains de lui serrer la main), mais Morrison semble totalement déconnecté de la réalité et met ces réactions sur le dos de « la fatigue ». Le vice-premier ministre quand à lui (qui est un équivalent de Marine Le Pen en terme d’idées politique, si ça peut vous donner une idée …) déclare que dire que les feux de brousses sont causés par le réchauffement climatique est un « délire de certains écologistes citadins illuminés ». 

Malgré ces déclarations effrayantes et outrageantes, sous la pression de l’opinion Toni Morisson a ordonné le déploiement de militaires réservistes, et a créé la Bushfire Recovery Agency une agence qui sera chargée d’aider les personnes touchées à trouver des solutions. 

Pour ce qui est de la France, le 5 janvier 2020 Emmanuel Macron a proposé à Toni Morrison d’envoyer des pompiers sur place, ainsi que du matériel pouvant aider à éteindre les feux. Il propose également d’envoyer des scientifiques sur place pour chercher des solutions pour protéger les espèces menacées par les incendies.

N’en déplaise au gouvernement Australien, de nombreux scientifiques et experts l’ont dit : Ce désastre n’est que le début des nombreuses conséquences à venir du réchauffement climatique, et pas seulement en Australie. Dans les années à venir, rares seront les pays dans le monde épargnés par des catastrophes naturelles (parfois de la même envergure).

 

4 - Comment agir ? 

Face à une telle situation, les australiens ont besoins d’aide, de quelque forme qu’elle soit. On a regroupé quelques manières d’agir. Si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à nous les faire parvenir ! 

 - Aider les pompiers : Vous pouvez faire des dons pour aider les pompiers de l'Australie du Sud, ou encore de la Nouvelle-Galles du Sud. 

 - Aider les populations locales : Vous pouvez donner à la Croix Rouge, ou encore à l'Armée du Salut. Vous pouvez également participer à cette cagnote Go Fund Me pour venir en aide aux personnes traumatisées par les feux, par la perte de tous leurs biens, ou de leurs proches. 

- Aider la faune locale : Vous pouvez faire vos dons à L'association de protection des Koalas Science for Wildlife, ou encore à l’association Wires.  Vous pouvez également aider les animaux sans donner d’argent : De fait, de nombreux bébé marsupiaux comme les kangourous, les wombats ou encore les opossums se retrouvent sans mère pour les porter dans leur poche. Or c’est absolument nécéssaire à leur croissance. Ainsi, l’association Wires propose un patron pour que vous puissiez coudre des petites poches, et ainsi les aider à se développer correctement. Croyez-moi, il n’y a pas besoin d’être un pro. 

Mais surtout, si vous n’avez pas les moyens de donner (et même si vous les avez), parlez en autours de vous, pour que d’autres puissent prendre la mesure des dangers du réchauffement climatique, et puissent aider l’Australie.

Vous le savez, chez Upper East Seine, pour chaque bougie vendue c’est 3€ reversés à une association. On a donc fait le choix de reverser ces 3€ à l’association locale Wires, qui protège la biodiversité australienne.

 

Mots clés: environnement

Laisser un commentaire