Behind the Candle - Inari Taisha

On a fait précédemment un article sur Daehan Dawon, nos bougies s’inspirent toujours d’endroits absolument magnifiques, avec parfois une histoire très forte. Mais ce sont des lieux que parfois on ne connais que très peu, on qu’on visualise mais sans jamais savoir ce qu’il y a derrière. C’est le cas d’Inari Taïsha, et tellement on est chouettes on va vous raconter l’histoire de cet endroit magnifique, coloré et très éloigné. 

_______________________________________________________________________________________________

 

Le Fushimi Inari Taïsha, c’est le sanctuaire principal de la déesse Inari, déesse du riz et de la richesse (mais le riz c’est de la richesse so there is that). On le trouve à Kyoto, au Japon. C’est le plus grand sanctuaire Shinto du Japon et il a été fondé en 711 (donc il date, hein). 

Concrètement, le lieu se compose d’une longue randonnée sous  plus de dix milles arcs rouges orangés, qu’on appelle Torii ⛩️ (oui, ils ont leur emoji, et ça ça claque). À l’arrivée (après deux heures de marche quand même), on trouve de petits sanctuaires. 

Inari Taisha travel evasion candle

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les Torii n’ont pas de signification religieuse. Ils sont en fait financés par des hommes d’affaires, des sociétés ou des grands groupes (ils ont d’ailleurs leur nom sur chaque torii. Donc a chaque riche son torii). Sachez que pour avoir votre torii, il faut compter à partir de 175.000¥ (~1.500,20€) et jusqu'à 1,3 million de Yens (~11.162€) pour les plus visibles (et les mieux entretenus parce que ceux à la fin sont vraiment pas en bon état). Et il faut attendre loooooooooongtemps (mais on est en confinement donc on a rien de mieux à faire right ?). 

Les torii ne sont pas présents uniquement à Inari Taisha, ils sont en fait assez courants puisqu’ils marquent l’entrée dans un sanctuaire shintoïste. Ils séparent le monde physique du monde spirituel des kami. Ce qui fait la renommée de celui-ci, c’est le nombre de torii concentrés au même endroit.

Autre élément très présent à Inari Taisha, les statues de renard (qui ont souvent une clé dans la bouche) : Ils sont considérés comme les messagers d’Inari, qui possèdent la clé du grenier à riz. 

 

Le meilleure endroit pour y aller, c’est le mois de juillet pour pouvoir profiter du festival Motomiya, la fête des lumières de Fushimi Inari. Le premier soir, on peut voir le « Yomiya » : Des centaines de lanternes rouges sont installées dans tout le sanctuaire, et c’est trèèèèès beau. Bref, un lieu qui fait rêver, qui promet de magnifiques photos, et plein de poésie. 

Laisser un commentaire